1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Parachat Toledot – Où est le libre-arbitre ?

Parachat Toledot – Où est le libre-arbitre ?

La grossesse de Rivka est mouvementée et elle en reçoit
l’explication :
« Voici, deux peuples en ton sein et deux nations se sépareront
depuis tes entrailles, une nation l’emportera sur l’autre et le
“grand” servira le “jeune”. » (Genèse XXV, 23)
À lecture naïve il semblerait que Jacob et Esaü n’ont pas le choix.
Encore en gestation ils sont déjà différents, leur destin serait déterminé :
celui-ci est chasseur et l’autre paisible habitant des tentes. Qu’y aurait-il à
reprocher à Esaü d’être ce qu’il est puisque telle était sa destinée dès le
ventre de sa mère ? Quel mérite peut-on reconnaître à Jacob de préférer la
calme retraite de la maison d’étude : c’est sa nature qui est ainsi !
La réponse se trouve dans la fin du verset.
Les hommes sont différents les uns des autres, autant par
tempérament que par vocation. Ils se choisissent une activité
professionnelle qui leur correspond. Le monde a autant besoin de
cultivateur que de berger, d’ingénieurs ou d’architectes, d’artistes et
d’intellectuels, d’hommes répondant aux besoins spirituels de l’humanité.
Le monde, sans eux, aurait-il un sens ? la liberté réside dans la manière
dont chacun choisit d’exploiter ses ressources. Il n’a certes pas été dit à
Rivka : l’un sera un Juste et l’autre un scélérat. Leurs différences peuvent
les amener à des situations conflictuelles mais elles peuvent aussi les
conduire à une coopération enrichissante et fructueuse pour tous. La fin
du verset dit en hébreu verav ya‘avod tzaïr. Le souhait est que la
puissance, la force, soit au service d’un monde « en ordre ». Le mot rav
désigne la force et le mot tzaïr désigne la spiritualité.
L’héritage génétique n’annule pas le libre-arbitre. Il constitue le
cadre à l’intérieur duquel la volonté dirige la conduite.
Vienne le temps où « la force servira l’esprit ».

Shaoul David Botschko

 

Font Resize
Contrast