1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Bo – Des grandes richesses aux efforts de révélation

Bo – Des grandes richesses aux efforts de révélation

Rav Nahum Botschko
Israël sort d’Égypte, mais pas les mains vides : les Hébreux reçoivent de grandes richesses de la part des Égyptiens : « les Enfants d’Israël agirent selon la parole de Moïse et demandèrent aux Égyptiens des objets en argent et des objets en or et des habits. » (Chemot XII, 35)
L’annonce en avait déjà été faite à Abraham lors de l’alliance « entre les morceaux ». Lorsque Hachem lui a dévoilé l’exil et l’asservissement, Il lui a dit : « Sache qu’étrangère sera ta descendance dans un pays qui n’est pas le leur, et ils les asserviront et les opprimeront quatre cents ans… et ensuite ils sortiront avec de grandes richesses » (Genèse XV, 13-14).
De même, dès la première révélation à Moïse au buisson ardent, Hachem lui en fit part : « J’étendrai ma main et Je frapperai l’Égypte… et Je rendrai gracieux ce peuple aux yeux de l’Égypte, et lorsque vous irez, vous n’irez pas [les mains] vides. Une femme demandera à sa voisine et à l’habitante de sa maison des objets en argent et des objets en or et des habits… » (Chemot III, 20-22). Cette requête de la part d’Hachem aux Hébreux, d’avoir à demander des « cadeaux » aux Égyptiens intervient une fois encore dans notre paracha (XI, 2-3) et ce, à un moment des plus surprenants !
Cette question s’ajoute à l’étonnement que suscite la bénédiction d’Hachem à Abraham lors de Sa première manifestation, lorsqu’Il lui enjoint de quitter pays, lieux de naissance et maison paternelle : « Je te ferai devenir une grande nation, Je te bénirai et J’agrandirai ton nom », ce que Rachi commente en disant : « Je te bénirai – par la richesse ». Est-ce donc là le but du voyage en Eretz-Israël ? Mais ce n’est pas encore tout. Lorsqu’Abraham revient lui-même d’Égypte où l’avait conduit la famine survenue dans le Pays, il en revient chargé de grandes richesses : « il avait menu et gros bétail, ânes et serviteurs et servantes, ânesses et chameaux… » Préfiguration de l’histoire des fils dans la vie des pères ! Pourquoi donc ce thème de la richesse est à ce point important et même essentiel ?
Le rav Abraham Isaac Hacohen Kook explique (Ein Aya1, Bérakhot I, § 114) que pour qu’Israël puisse avoir une influence morale et spirituelle sur les nations, il faut que la nation hébraïque possède des voies d’accès vis-à-vis d’elles. C’est donc une nécessité que d’avoir un système économique puissant et solidement établi dès le commencement de la fondation de la nation. C’est pourquoi Abraham notre Père, père fondateur de la nation hébraïque, devra lui-même être tel, et de même le peuple d’Israël dès le moment de sa sortie d’Égypte devait s’habituer à ces notions.
Voici ce que le rav Kook écrit : « pour agir sur des peuples nombreux et faut une grandeur d’âme et une aspiration aussi à la richesse et aux possessions par lesquelles des peuples nombreux se rapprochent les uns des autres et apprennent les uns des autres leurs modes de vie. Ainsi, l’amour de l’argent, lequel permet l’honnête acquisition des biens et des richesses, permet aussi l’accès à l’objectif désiré de faire que la lumière divine luise sur le monde grâce à Israël. »
Ce n’est pas un secret que – grâce à Dieu – nous avons vu la situation économique du pays aller ces dernières années en s’améliorant, se développant de jour en jour. Le monde entier s’étonne des réalisations de ce petit pays qui fait progresser le monde entier par ses nombreuses découvertes dans les domaines les plus divers. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour qu’en effet, la réussite économique mène « à l’objectif désiré de faire que la lumière divine luise sur le monde grâce à Israël. »

________________________________________

1 Commentaire du rav Kook sur les aggadot talmudiques, 4 volumes parus, dont deux sur Bérakhot et deux sur Chabbat. Plusieurs traités sont encore en manuscrits.

 

Laisser un commentaire

Font Resize
Contrast