1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Toldot – L’homme, ou Isaac ?

Toldot – L’homme, ou Isaac ?

Rav Shaoul David Botshko
« Et l’homme grandit et il alla allant et grandissant au point qu’il grandit beaucoup. » (Genèse XXVI, 13)
Verset bref, débordant de puissance, qui décrit la richesse d’Isaac : « il grandit », « alla grandissant », « jusqu’à devenir très grand ». Isaac est parvenu au summum de la richesse… matérielle. Mais était-ce aussi le summum du bonheur ? Malheureusement, comme nous le constaterons, ce ne fut pas le cas.
Description dramatique de l’ascension de l’homme avant la chute encore plus dramatique du père. Mariages d’Ésaü avec des Héthéennes, jalousie des fils, fuite de Jacob. Alors cette richesse, pourquoi faire ? À quelle fin ? Si Isaac pouvait léguer ses biens à ses fils occupés à bâtir la Maison d’Israël en Terre d’Israël, nous comprendrions que la Thora rende compte de l’enracinement d’Isaac dans le Pays. Qu’il imprime ses traces. Mais cette richesse fut provisoire. Tout sombra dans le néant. Pourquoi donc raconter cette merveilleuse réussite si elle fut vaine ?
Il y a là une double leçon : d’une part les plantations du père et d’autre part la responsabilité des fils.
Isaac n’est véritablement pas tout simplement « un homme » comme le verset semble dire. Il est l’un des Pères et nous avons à apprendre de ce qu’il fait. Et la leçon est simple : notre nation doit assumer la responsabilité de se construire comme puissance économique. Sans elle, l’existence est précaire, voire impossible. Quiconque œuvre pour assurer la sécurité et le développement économique est à considérer comme personnage de valeur sans qui la nation ne pourrait subsister. Comme le disent nos sages, sans farine, point de Thora !
Les hommes peuvent œuvrer et bâtir, mais sans continuité ce serait en vain. Les fils ont la responsabilité de faire que l’homme qui a grandit soit Isaac, mais ils n’ont pas su travailler ensemble pour assurer l’avenir de l’œuvre de leur père Isaac. Ils n’étaient pas encore prêts à ériger la Maison d’Israël en Terre d’Israël. Ce que nos sages disent encore en affirmant : sans Thora, point de farine ! Toute réussite économique est vaine sans le développement spirituel correspondant.
Paracha dramatique, cette paracha des Engendrements d’Isaac, élévation et effondrement. Il nous appartient de faire que l’homme qui a tant grandit soit Isaac, Père de la nation d’Israël, qui grandit énormément.

 

Laisser un commentaire