1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Rav Shaoul David Botschko – Parachat Balaq – Empressement

Rav Shaoul David Botschko – Parachat Balaq – Empressement

À l’écoute de la Thora

La mitzva de la semaine

Parachat Balaq

Empressement

Bile‘am qui voulait maudire Israël l’a béni. Il a vu l’empressement des Enfants d’Israël pour les mitzvoth (Nombres xxiii, 24):

« C’est un peuple qui se lève comme une lionne et comme un lion il se dresse, il ne couchera pas qu’il n’ait dévoré sa proie et que le sang des victimes il n’ait bu. »

Selon la compréhension du sens littéral, il s’agit d’un peuple qui protège son Etat et ses citoyens et ne se repose pas avant d’avoir obtenu une victoire écrasante. Et nos Sages y ont vu une dimension supplémentaire, la dimension de l’empressement aux mitzvoth ; Rachi commente :

« Quand ils se lèvent le matin après avoir dormi, ils se font forts comme une lionne ou un lion pour se hâter d’accomplir les mitzvoth, revêtir le talith, lire le chema‘ et mettre les tefiline. »

Cet empressement se trouve exprimé en exergue du Choul‘han ‘Aroukh, le code de conduite par excellence :

« L’homme doit se faire fort comme un lion pour le Service de son Créateur, afin que ce soit lui qui éveille l’aube. »

La source de cette formule de rabbi Yossef Karo, l’auteur du Choul‘han ‘Aroukh, se trouve dans le Traité des Pères (chap. v, 20) dans l’enseignement de rabbi Yehouda ben Téma :

« Sois ferme comme le léopard et léger comme l’aigle, rapide comme le cerf et fort comme le lion pour accomplir la volonté de ton Père qui est aux cieux. »

Rabbi Yehouda ben Téma mentionne la fermeté, à savoir qu’une timidité déplacée n’empêche pas l’homme de pratiquer les mitzvoth en présence d’autres personnes. L’aigle fait allusion à l’acuité de la vue et la « légèreté » à la capacité de se faire myope à la vue de choses impropres susceptibles d’échauffer les sens. L’homme doit courir comme le cerf pour accomplir les mitzvoth et renforcer son cœur comme celui d’un lion pour le Service de Dieu.

Le sens littéral et son exégèse se complètent l’un l’autre, car la vaillance requise de ceux qui vont en guerre pour la défense de leur peuple est celle-là même qui est nécessaire au Service de Dieu.

Shaoul David Botschko

Font Resize
Contrast