1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Bechala’h – « Alors chantera Moïse et les Enfants d’Israël cette cantate pour Hachem… »

Bechala’h – « Alors chantera Moïse et les Enfants d’Israël cette cantate pour Hachem… »

Rav Shaoul David Bosthko

 

« Alors chantera Moïse et les Enfants d’Israël cette cantate pour Hachem… »
Bien des questions se posent sur la lecture de ce verset !
Pourquoi le verbe « chanter » est-il au futur ? « A chanté » aurait été plus logique ! Et pourquoi le verbe est-il au singulier ? Moïse et les Enfants d’Israël n’ont-ils pas alors chanté ensemble ? Et pourquoi une cantate au féminin et pas un cantique au masculin ?
Mon grand-père, le rav Eliahou Botschko, a expliqué que la joie des Enfants d’Israël n’était en effet pas entière, car seul une partie des Hébreux sont sortis d’Égypte, les autres s’étant perdus en Égypte, morts ou assimilés. Sans compter une amère incertitude logée au cœur quant à l’avenir. On sort d’Égypte aujourd’hui, mais demain il faudra conquérir le pays où séjournent les puissantes peuplades cananéennes. La délivrance s’accompagne donc de deuil pour le passé et de graves soucis du lendemain.
Nous ne saurons donc qu’à l’avenir s’il y a lieu de se réjouir. Si la délivrance ne se révélera pas être un piège. Moïse, lui, a certes chanté, car il n’avait aucun doute. Mais c’est avec peine qu’il a entraîné les Hébreux à chanter avec lui. C’est pour cela que le chant n’est pas au masculin, qui indique en hébreu un chant plénier, mais au féminin qui marque comme une faille dans la joie.
Et peut-être peut-on aussi expliquer que la délivrance d’Égypte était le résultat d’une action « d’En Haut ». « Dieu t’a fait sortir d’Égypte. » Les Enfants d’Israël n’ont pas été pleinement associés à leur propre salut. Moïse a mené le chant, qui annonce une autre délivrance pour l’avenir, délivrance plénière qui entraînera un chant plénier, comme l’annoncent le roi David dans les Psaumes et le prophète Isaïe.
Un chant nouveau car la délivrance sera entière, sans réserves ni soucis, et parce que tout Israël sera partie prenante de sa délivrance.
Nous, de la génération de la délivrance, avons le privilège d’être à part entière artisans de notre salut, c’est pourquoi nous pouvons chanter à pleine bouche un chant nouveau en l’honneur de notre Dieu.

 

Laisser un commentaire

Font Resize
Contrast