1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Vezot Haberakha – Moïse avec son peuple

Vezot Haberakha – Moïse avec son peuple

Rav Shaoul David Botshko
« Il s'est adjugé les prémices de la conquête là où le législateur est enterré.. Il s'avance aux premiers rangs du peuple, accomplissant l'œuvre de justice du Seigneur, fidèle à ses devoirs envers Israël ! » (Deutéronome xxxiii, 21)
Ce verset parle de Gad qui a reçu en héritage les terres conquises par Moïse notre Maître en deçà du Jourdain avant l'entrée en Eretz Israël et c'est sur ses terres-là, sur le mont Nébo dans les plaines de Moab, que Moïse – le Législateur – est enterré. Le Texte ajoute que Gad a respecté sa promesse de combattre en avant-garde du peuple pour la conquête de la terre d'Israël proprement dite.
Ce texte nous laisse songeur. En effet nous savions que Gad (comme Réouven) avait demandé les terres conquises par Moïse mais c'était pour des raisons économiques. Il y avait des étendues de pâturages appropriées à ses nombreux troupeaux.
La Thora nous invite ici à une relecture de ces événements. La raison pour laquelle Gad a souhaité obtenir ces terres ne relevait pas de pures considérations pratiques : notre Maître Moïse a été le premier à conquérir un territoire qui fera ainsi partie du patrimoine d'Israël et c'est justement là qu'il sera enterré. Comment accepter que les terres conquises par Moïse se retrouvent entre des mains étrangères et que Moïse notre maître soit enterré loin de son peuple et hors de son pays. Les gens de Gad ont compris que ce que Moïse a conquis est devenu une part de la terre d'Israël et qu'il n'est pas question de séparer le guide de son peuple. Si Moïse notre Maître est le Législateur, celui qui a donné la Thora, il ne peut être enterré dans un pays alors que son peuple vivrait dans un autre comme si sa loi n'était que théorique et n'avait pas d'ancrage dans l'existence concrète d'un peuple vivant sur sa terre. Aussi, si Moïse ne peut pas entrer en Israël, il faut étendre Israël jusque-là où se trouve Moïse. La Thora de Moïse n'est pas désincarnée, coupée de son peuple et de sa terre mais, comme le dit le Zohar, « la Thora de Moïse, le peuple d'Israël et la terre d'Israël ne font qu'un. »

 

Laisser un commentaire

Font Resize
Contrast