1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Rav Shaoul David Botschko – Parachat vayiqra – Les délais

Rav Shaoul David Botschko – Parachat vayiqra – Les délais

La mitzva de la semaine

Par le Rav Shaoul David Botschko

Directeur de la Yeshiva Ekhal Elyahou (Ko‘hav Yaacov)

Traduit de l’hébreu par Elyakim P. Simsovic

Parachat Vayiqra

Les délais

L’une des mitzvoth de la paracha est l’obligation de restituer le bien volé ou ce dont on a spolié son prochain, une spoliation étant définie comme de l’argent dû à quelqu’un et dont on l’a privé, tel que le salaire d’un employé ou l’argent emprunté non remboursé (Lévitique v, 21 – 23)  :

« Une personne qui aura fauté et commis un détournement envers Hachem et a nié le dépôt de son prochain ou un travail effectué ou un vol ou une escroquerie commise à l’encontre de son prochain,... il restituera le vol qu’il aura volé ou la spoliation qu’il aura spoliée ou le dépôt qui lui aura été confié ou l’objet perdu qu’il aura trouvé. »

Les Sages et les anciens décisionnaires ont écrit que la restitution de l’objet volé était une mitzva positive. Il y a lieu de s’interroger sur la nécessité d’une telle mitzva. S’il est interdit de voler, ne va-t-il pas de soi de ne pas avoir le droit de conserver le bien volé ?

Le Séfer ha-‘Hinoukh (mitzva 130) explique que le non-respect de cette mitzva aggrave la faute du voleur

« Et il a transgressé et volé et n’a pas restitué, il a annulé ce commandement positif en plus de la faute commise au moment du vol et malheur à celui qui a la possibilité de réparer ce qui a été faussé et ne le répare pas avant sa mort. »

Sans cette mitzva, la restitution efface la faute du vol.  De même que le repentir expie les fautes entre l’homme et Dieu, la restitution permet de réparer le dommage causé à autrui.

Cette mitzva nous enseigne que tant qu’il n’a pas réparé sa faute, l’homme se rajoute de l’iniquité. Non seulement il a transgressé l’interdit de voler, mais chaque jour qui passe il a l’obligation de restituer et s’il ne le fait pas, il transgresse cette mitzva qu’il ne pourra jamais réparer.

Bien entendu, la plupart d’entre nous n’enfreint pas l’interdit de voler. Mais nous sommes bien plus vulnérables dès lors que nous parlons de la spoliation telle que définie ci-dessus, ou du retard dans le paiement d’un salaire.

En payant avec retard on n'a pas volé, mais on ne peut réparer la mitzva de payer à temps et chaque jour de retard est une faute supplémentaire.

Respectons les délais

Font Resize
Contrast