1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Rav Shaoul David Botschko – Parachat Bamidbar -Armée

Rav Shaoul David Botschko – Parachat Bamidbar -Armée

La mitzva de la semaine

Par le Rav Shaoul David Botschko

Directeur de la Yeshiva Ekhal Elyahou (Ko‘hav Yaacov)

Traduit de l’hébreu par Elyakim P. Simsovic

Parachat Bamidbar

Armée

La paracha présente un recensement de tous les Enfants d’Israël susceptibles d’être enrôlés dans l’armée. Cela, parce que le temps est venu pour Israël de se préparer militairement à l’entrée dans le pays d’Israël (Nombres i, 3) :

« Âgé de vingt ans et plus, tout enrôlable dans l’armée en Israël, vous le recenserez, pour leur corps d’armée, toi et Aharon. »

La halakha prévoit-elle l’obligation de servir dans l’armée ? La réponse est positive et on peut citer quatre sources précises à ce sujet :

  1. Il existe des sujets qui ne nécessitent pas d’obligation halakhiques explicite car elles ressortissent à des besoins fondamentaux sans lesquels l’existence devient impossible ; de même qu’il n’y a pas besoin d’une mitzva de manger ou de travailler, bien que ce soit nécessaire. Ainsi, toute société doit se défendre ; il ne s’agit pas de quelque chose de « religieux », pour Dieu, mais d’une obligation humaine fondamentale.
  2. Maïmonide écrit explicitement que toute guerre de défense est une guerre obligatoire, telle que la guerre contre les sept peuplades occupant Eretz Israël, la guerre contre Amalec, et secourir Israël de tout oppresseur qui l’agresse (Règles des rois, 5, 1)
    Et deux autres sources encore :
  3.  « Tu ne resteras pas inactif au [versement du] sang de ton ton prochain. » Lorsqu’un danger menace un membre de notre peuple tous ceux qui peuvent lui venir en aide ont obligation de le faire sans tarder et sans réserve.
  4. La guerre pour Eretz Israël comme l’écrit Nahmanide :
    « La quatrième mitzva positive qui nous a été donnée de prendre prossession de l’héritage de la terre que Dieu a donnée à nos pères, Abraham, Isaac et Jacob et de ne pas l’abandonner aux mains de quiconque d’entre les peuples ou de la laissée désolée. (Notes critiques sur le Livre des Mitzvoth de Maïmonide, commandements positifs omis, mitzva 4.)

Nous avons le bonheur d’appartenir aux générations qui, après des milliers d’années, ont le privilège de réaliser la possibilité de défendre le peuple d’Israël et de lui assurer la possession de sa terre. Prions pour que vienne la paix et qu’avec l’avènement messianique il ne soit plus nécessaire de se préparer à la guerre.

Font Resize
Contrast