1 Tora mi-Tsiyon, Kohkav Yaakov, 9062200
02-9972023, 02-9974924,

La mitzva de la semaine par le Rav Shaoul David Botschko – Parachat Bamidbar : L’estrade au centre

La mitzva de la semaine par le Rav Shaoul David Botschko – Parachat Bamidbar : L’estrade au centre

La bima, l’estrade sur laquelle on lit la Thora dans la plupart des communautés d’Israël, se situe au centre de la synagogue. C’est ainsi que Maïmonide légifère (Règle de la prière, 13, 3) :

« On élève une estrade au centre de la maison sur laquelle se tiendra celui qui lit la Thora ou celui qui sermonne le peuple afin que tous entendent. Et lorsqu’on installe l’arche contenant le rouleau de la Thora, on l’installe au centre… »

On justifie l’emplacement de l’estrade au centre par le fait que c’est la manière la plus efficace pour que toute la communauté puisse entendre. C’est la raison pour laquelle rabbi Yossef Qaro écrit dans son commentaire Kessef Michneh sur le Michneh Thora de Maïmonide que dans le cas d’un petit espace, on peut placer l’estrade en « avant-scène ».

« Ne me contredit pas en arguant du fait qu’en certains endroits on construit de nos jours l’estrade à l’avant de la synagogue et non au centre… en effet, la placer au centre n’est pas une obligation. Tout est fonction du lieu et des circonstances. En ce temps-là, où les synagogues étaient très grandes, il fallait placer l’estrade au centre afin que tout le peuple puisse entendre ; mais, actuellement, où nos synagogues sont – hélas – petites, et que tout le monde entend aisément, il est plus harmonieux que l’estrade soit à l’avant et non au milieu. »

Il apparaît toutefois de notre paracha que la centralité de la bima n’a pas seulement une finalité utilitaire ou esthétique. Elle reproduit un aspect de la réalité du campement d’Israël dans le désert (Nombre ii, 1–4) :

« Hachem a parlé à Moïse et à Aaron pour dire : chacun à sa bannière avec les insignes de sa maison paternelle, c’est ainsi que camperont les Enfants d’Israël ; face et autour de la Tente d’Assignation ils camperont. Ceux qui camperont en avant à l’Est : la bannière du camp de Yehouda selon leurs légions et le prince des Enfants de Yehouda Na‘hchon ben ‘Aminadav. »

Yehouda qui est à l’indice de la royauté ouvre la marche tandis que le campement lévitique où se situe la source de la spiritualité, le Tabernacle, campe au milieu des tribus d’Israël. Yehouda est la tête, les Lévites et le Tabernacle sont le cœur.

Pour qu’une société puisse fonctionner normalement, il lui faut un gouvernement qui coordonne et organise les énergies dans l’intérêt de tous et de chacun. Mais il existe aussi une autre fonction, celle des Lévites qui sont au service du peuple et qui assurent sa proximité à son Dieu. Lui, il doit être au milieu, aussi près que possible de tous à la fois. Sa tâche n’est pas de conduire, mais d’expliquer, d’entretenir la volonté ardente de marcher dans les voies divines.

C’est ainsi aussi que la bima se situe au centre, pas seulement pour que le public puisse entendre plus aisément la lecture de la Thora, mais pour qu’il vive intensément le fait que la Thora est le cœur vivant d’Israël.