1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Bechala‘h – “Que personne n’en mette de côté jusqu’au matin.”

Bechala‘h – “Que personne n’en mette de côté jusqu’au matin.”

Rav Shaoul David Botshko
« Moïse leur dit encore : “Que personne n’en mette de côté jusqu’au matin.” » (Chémoth xvi, 19)
« N’en mette de côté », il s’agit de la manne qui se déposait chaque jour avec la rosée du matin. Chacun devait en manger à sa faim et ne pas chercher à faire des provisions pour plus tard : n’en mettez pas de côté pour le lendemain !
Ce court verset nous livre une double leçon.
Les Enfants d’Israël doivent faire confiance à Hachem. Celui qui leur a donné à manger en ce jour leur donnera aussi le lendemain. Certes, ce verset a été dit dans un contexte particulier : une promesse divine que la manne tomberait chaque jour. Il est bien évident qu’aujourd'hui nous n’avons pas le droit de compter sur des miracles et nous devons être prévenants et mettre de l’argent de côté pour faire face aux situations de l’avenir, comme les études des enfants ou leur mariage. On a aussi le droit de contracter des assurances pour pouvoir s’en sortir en cas de coup dur. Mais en cela comme en toute chose, il ne faut pas exagérer. Ce verset nous enseigne donc à vivre normalement, avec confiance, sans avoir peur sans cesse du lendemain plus que de raison. Peur qui finalement finirait par nous paralyser. Il existe une énorme différence entre prévoyance et inquiétude hypertrophiée.
La deuxième leçon, c’est que chacun pouvait manger toute sa part, la consommer sans réserve, en toute bonne conscience. Bon appétit, dit en quelque sorte Hachem à ses enfants. L’idéal n’est pas dans la privation. Bien entendu, là non plus, il ne faut pas exagérer ; mais il est important de savoir que la Thora ne considère pas l’ascétisme comme une vertu. S’il peut être parfois nécessaire, comme un régime prescrit pour cause d’obésité, il ne faut pas confondre cure thérapeutique et bonne santé !

 

Laisser un commentaire

Font Resize
Contrast