1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Vayikra – « Il appela Moïse »

Vayikra – « Il appela Moïse »

Rav Nahum Botschko
« Il appela Moïse, et Hachem lui parla depuis la Tente d’Assignation, pour dire... » Hachem appelle Moïse et lui enseigne les règles des sacrifices afin qu’il les transmette à Israël. Toutefois, la manière dont Hachem s’adresse ici à Moïse diffère des autres occasions. Généralement, lorsque Hachem veut communiquer avec Moïse, il s’adresse à lui directement : « Hachem parla à Moïse... » Pourquoi notre verset fait état d’un « appel » qui précède l’énoncé de la parole ?
Rachi écrit : « tous les discours, paroles et instructions adressés à Moïse ont toujours été précédés d’un « appel » en signe d’affection. » Le Sifté Hakamim explique que Rachi fait référence à deux autres cas où nous constatons une adresse explicite avant l’énoncé du discours divin à Moïse :
1) Au Buisson ardent, lors de la première révélation de Dieu à Moïse : « Hachem vit qu’il s’approchait pour voir, et Elohim l’appela du dedans du buisson et dit : Moïse, Moïse, et il dit : me voici ! » (Chémoth III, 4)
2) Avant le Don de la Thora, il est dit : « Hachem descendit sur le mont Sinaï, au sommet de la montagne, et Il appela Moïse au sommet de la montagne et Moïse monta. Et Hachem dit à Moïse descend témoigner pour le peuple... » (ibid. XIX, 20-21) Au Buisson, le texte porte : « Il appela ... il dit », soit « discours ». Au Sinaï, le texte porte : « Il appela ... descend », c’est-à-dire un « impératif ». À propos des sacrifices le texte porte : « Il appela ... parla », c’est-à-dire « parole ». Ces trois cas établissent une règle générale représentative des autres fois où Hachem s’adresse à Moïse, lui dit, lui parle ou lui ordonne. Chaque fois, donc, l’appel énoncé ici, marque d’affection, sera sous-entendu et après seulement la parole particulière sera explicitée.
Pour mieux comprendre la signification de cet « appel », écoutons ce que disent nos sages (Yoma 4b). Nous allons découvrir qu’ils apprennent de ce verset quelque chose de très différent : « Il appela Moïse et dit... » Pourquoi un appel a-t-il précédé le discours ? La Thora nous enseigne une règle de savoir-vivre : que nul ne s’adresse à son ami sans avoir d’abord attiré son attention. La formule paraît simple et ne comporter rien de nouveau. Il est évident qu’avant de parler à son prochain, on s’adresse à lui pour qu’il sache qu’on va lui parler ! Ne vient-on pas nous dire que chaque fois que nous parlons avec quelqu’un – épouse, enfants, amis – notre interlocuteur doit bénéficier de toute l’attention dont nous sommes capables. Que nous ne devons pas, alors que nous leur parlons, nous occuper d’autre chose. La relation à autrui doit être personnelle et exclusive. S’il en est ainsi lorsque Hachem s’adresse à Moïse, l’appelant chaque fois qu’Il veut lui parler, Il lui fait savoir ainsi qu’en ce moment Moïse est si l’on peut dire son seul interlocuteur.
Moïse équivalant, comme on le sait, à tout Israël, lorsque Dieu s’adresse à Moïse, c’est à chacun d’entre nous que pour ainsi dire Il parle, personnellement. La Thora a choisi d’écrire le fait de cet appel précisément lors des trois occasions précitées, pour nous enseigner qu’il existe essentiellement trois manières dont Hachem s’adresse à chacun de nous : Au Buisson ardent, Dieu s’est révélé à Moïse afin de le charger de mission auprès d’Israël en vue de la Sortie d’Égypte. Dieu parle à chacun d’entre nous au travers de notre histoire nationale.
Au Sinaï, Dieu appelle Moïse pour nous enseigner que celui qui étudie la Thora peut entendre la voix divine qui s’adresse à lui durant son étude. Avant les instructions concernant les sacrifices, Hachem appelle Moïse – et de nos jours, la prière a été investie de la fonction sacrificielle – pour nous enseigner et nous pénétrer de la conscience que la prière est vraiment une relation particulière et directe entre l’homme et Dieu.
Que ce soit Sa volonté que nous méritions d’entendre la voix de Dieu en chacune de ces occurrences, au travers de l’Histoire de notre peuple, au travers de l’étude de la Thora et au travers de chacune de nos prières.
.
Traduit et adapté par Rav E.Simsowitch

 

Laisser un commentaire

Font Resize
Contrast