1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Rav Shaoul David Botschko – Parachat Lekh Lekha – Adam et Adama

Rav Shaoul David Botschko – Parachat Lekh Lekha – Adam et Adama

À l’écoute de la Thora

La mitzva de la semaine

Parachat Lekh Lekha

Adam et adama

La paracha de Lekh Lekha s’achève par une alliance contractée par Hachem avec Abraham. Cette alliance est scellée par une mitzva dramatique, tranchée dans la chair : la circoncision – en hébreu : brith mila. Et Je te donnerai à toi et à ta postérité après toi le pays de tes pérégrinations, tout le pays de Canaan en possession perpétuelle et Je leur serai Dieu. Et Elohim dit à Abraham : quant à toi, tu observeras Mon alliance, toi et ta postérité après toi toutes ses générations. Voici Mon alliance que vous observerez entre Moi et vous et ta postérité après toi – circoncire tout enfant mâle. » (Genèse XVII, 8 à 10)

Toute alliance comporte deux parties et chaque partie apporte sa contribution. Par l’alliance de la circoncision, la brith mila, Hachem nous garantit d’être notre Dieu à jamais et de nous donner le Pays d’Israël et nous devons remplir en contrepartie notre obligation : circoncire la chair de notre prépuce. Le fait d’être tranchée dans la chair donne à cette mitzva deux caractéristiques significatives : 1. Une alliance tranchée dans la chair est indélébile, contrairement à la liberté donnée pour les autres mitzvoth permettant de les observer ou non. Le père qui circoncit son fils scelle dans sa chair un lien inaltérable avec son Dieu. L’enfant accomplit à chaque instant de sa vie l’obligation d’être circoncis, à l’état de veille ou de sommeil. De l’âge de huit jours jusqu’à son dernier jour, il accomplit cette mitzva sans relâche. 2. L’alliance scellée dans sa chair témoigne aussi de la part de Dieu dans l’alliance, le don en patrimoine inaliénable de la terre d’Israël à Son peuple. Elle se manifeste de la manière la plus concrète qui soit, le sol, adama. Dieu sanctifie le sol de la terre d’Israël et lui octroie des mitzvoth, et nous sanctifions notre corps par la brith mila, en son point le plus instinctuel, ce qui manifeste que par la brith, l’homme se sanctifie. De même qu’il existe des mitzvoth liées à la terre d’Israël, par suite de sa sainteté, de même tout Juif, être somme toute de chair et de sang, d’os et de nerfs, s’engage à se sanctifier et à s’élever. Ces deux mitzvoth, la brith mila et l’habitat en Eretz Israël, sont indissolublement liées, car elles expriment toutes deux le lien entre l’existence terrestre et la sainteté. Shaoul David Botschko

Font Resize
Contrast