1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Yitro – Pourquoi le désert du Sinaï porte-t-il cinq noms ?

Yitro – Pourquoi le désert du Sinaï porte-t-il cinq noms ?

Rav Nahum Botschko
Le Saint béni soit-Il a donné la Thora à Israël dans le désert du Sinaï. Dans le désert du Sinaï ? Pourtant, la Thora elle-même l’appelle différemment !?
Le Talmud (Chabbat 89a)rapporte :
« Rabbi Yossé fils de rabbi Hanina a enseigné : [ce désert] possède cinq appellations. Le désert de Tzin parce qu’Israël y a reçu les mitzvoth. Le désert de Qadech (=« consacre ») parce que c’est là qu’Israël a été consacré [à Dieu]. Qadmoth (= « antériorité ») parce que l’Antérieure y a été révélée. Le désert de Pârâne (= « fécondité ») parce qu’Israël y ont fructifié. Le désert de Sinaï (= « haine ») parce que les nationsdu monde y ont trouvé la haine. Et quel est son nom ? Son nom est Horeb. » (Voir toutefois les Tossafot à ce sujet, apudmidbar Tzin.)
Ce qui revient à dire que les noms de ce désert désigne chacun un des aspects de la Thora.
1. Le désert de Tzin parce qu’Israël y a reçu les mitzvoth. En effet, le fondement de chaque commandement est d’avoir à être réalisé parce que Dieu l’a ordonné, ainsi qu’Israël s’y est engagé lorsqu’il a solennellement déclaré na‘assé vénichma‘, « nous ferons et nous entendrons ». Ce fondement possède une importance capitale, en particulier pour notre génération, génération en quête d’un sens personnel à toute chose. Chacun s’interroge quant à la manière dont il se sent concerné par ce qui le touche. Il ne ressent pas d’obligation à l’égard de quelque chose ne lui « revient pas ». Il faut répéter encore et toujours que le commandement et l’obligation qui en résulte subsistent même si nous ne comprenons pas.
2. Le désert de Qadech (= « consacre ») parce que c’est là qu’Israël a été consacré [à Dieu]. Être consacré signifie en hébreu être sanctifié. La sainteté particulière du peuple d’Israël lui été à la fois octroyée et révélée au mont Sinaï. Le midrach rapporte qu’alors que le Saint béni soit-Il parlait au mont Sinaï, les âmes d’Israël ont pris leur essor et se sont envolées et il a fallu ramener Israël à la vie. Le don de la Thora fut pour nous, la nation d’Israël, comme une nouvelle naissance. Ce n’est que par la Thora que peut se révéler et se dévoiler la spécificité élective d’Israël.
3. Qadmoth (= « antériorité ») parce que l’Antérieure y a été révélée. Nos maîtres nous ont enseigné que « la Thora a précédé le monde » (cf. Pessahim 54a) ce pourquoi elle est appelée « Antérieure ». La Thora a certes été donnée aux hommes, mais elle possède des dimensions surnaturelles qui dépassent la raison humaine. La Thora est appelée « la loi de Ta bouche » parce qu’elle a été entendue de la bouche divine. Le Zohar dit qu’elle est « le parler de Dieu » et nos maîtres font remarquer (Chabbat 105a) que les lettres du mot Anokhi par lequel débutent les Dix commandements épellent la phrase : « Moi, Mon Être-même J’ai écrit et donné. » Dieu Lui-même Se révèle dans la révélation de la Thora à Ses créatures. La Thora exprime donc ce qu’il y a de plus haut et de plus essentiel.
4. Le désert de Pârâne (= « fécondité ») parce qu’Israël y ont fructifié. Rachi explique (Ibid.) qu’immédiatement après le Don de la Thora, Moïse a dit aux Hébreux : « retournez quant à vous à vos tentes. » En effet, durant les trois jours précédant la Révélation, les Hébreux avaient dû se séparer de leurs femmes et ils devaient maintenant les retrouver. De ces unions, les femmes d’Israël mirent au monde des garçons. Nos maîtres nous enseignent une idée fondamentale et un principe central de la Thora : elle est certes sur-naturelle, mais c’est néanmoins aux hommes qu’elle a été donnée. Sa finalité n’est pas la rupture avec la nature et le monde matériel, mais de les transfigurer par les conduites de sainteté. L’union intime de l’homme et de la femme est élevée par la Thora à la dimension de mitzva et à la hauteur de sainteté qu’elle octroie aux hommes.
5. Le désert de Sinaï (= « haine ») parce que les nations du monde y ont trouvé la haine. C’est peut-être ici le lieu ou nos maîtres nous dévoilent le secret – la cause profonde et principale – de la haine d’Israël auquel le monde moderne a donné au 19ème siècle le nom d’antisémitisme. Pour le monde entier, tout au long de l’histoire, l’événement du Sinaï a fait d’Israël le « porte-parole officiel » de la parole divine dans le monde.
Israël porte dans le monde les exigences morales et spirituelles de la Thora et celles-ci, bien qu’elles ne s’adressent pas aux nations comme telles, les contraignent à plus de moralité, à se plier à la morale divine. Les nations préfèrent quant à elles la morale humaine, plus souple et versatile, qu’ils peuvent accommoder à leur gré au goût du jouret de leurs envies. Mais la morale divine n’en est pas moins présente, puisqu’Israël est présent ; pour effacer de la conscience la morale divine, quoi de plus efficace que d’effacer Israël de sur la surface de la terre ? Ne pas y parvenir provoque chez elles une frustration et une rage qui les poussent à essayer chaque fois de nouveau mais le Saint béni soit-Il nous sauve de leurs griffes et Israël continue à faire retentir la parole de la Thora.
Dieu veuille que nous puissions continuer à jamais à éclairer le monde par la lumière de Sa sainte Thora qu’Il a faite nôtre.

.
Traduit par Rav E. Simsovic

 

Laisser un commentaire

Font Resize
Contrast