1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Toldot – Dvar Thora

Toldot – Dvar Thora

La paracha de la semaine
 

Toldoth - Père et fils

 

« Voici l’histoire des engendrements d’Isaac fils d’Abraham :
Abraham enfanta Isaac. »
 
Voilà une vérité à La Palisse. Si Isaac est le fils d’Abraham, il est
bien entendu que c’est Abraham qui l’a conçu.
Abraham et Isaac sont des personnalités toutes deux hors du
commun, mais très différentes l’une de l’autre.
 
Abraham est l’homme de l’universel et Isaac, étant l’homme
d’Eretz-Israël, semblerait être celui du particularisme. Abraham, selon la
tradition, est le champion de la générosité gratuite alors qu’Isaac est celui
de la loi dans toute sa rigueur.
Il semblerait donc qu’il ne puisse pas y avoir de lien véritable – si ce
n’est biologique – entre le père et le fils.
 
Aussi, la Thora témoigne du lien profond qui lie nos deux ancêtres.
L’universalisme d’Abraham ne pourra se manifester dans le monde tant
qu’Israël ne sera pas devenu une nation installée sur sa terre. C’est
comme peuple et comme nation qu’Israël est la lumière et la boussole de
l’humanité.
 
La grâce est nécessaire à l’existence du monde, mais comme valeur
isolée, elle est destructrice pour l’humanité car elle amène à accepter
toutes les iniquités au nom de la pitié. L’homme de la pitié sauverait ainsi
la vie de celui qui le tuera, lui et les siens. La générosité d’Abraham, pour
se réaliser dans l’existence vécue, a besoin de la rigueur d’Isaac. Et la
rigueur d’Isaac sans la bonté d’Abraham serait un enfer, un monde où on
ne pourrait pas vivre car si les hommes peuvent aspirer à la perfection, ils
commencent par être imparfaits.
 
Aussi, ce n’est qu’ensemble qu’Abraham et Isaac préparent l’avenue
de Jacob qui, unissant leurs deux valeurs apparemment antinomiques
dans le creuset de la vérité une, parviendra à devenir Israël.

Laisser un commentaire

Font Resize
Contrast