1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Terouma – Les chérubins et leur signification

Terouma – Les chérubins et leur signification

Rav Nahum Botschko

 

La paracha de Térouma traite des travaux de construction du sanctuaire du désert. Parmi ces travaux, figurent les instructions concernant la fabrication des chérubins :
« Les chérubins auront leurs ailes étendues vers le haut, recouvrant le propitiatoire de leurs ailes, et leur visages seront tournés chacun vers son frère… » (Chemoth xxv, 20)
Cependant, lorsque la Bible relate la fabrication des chérubins du temple de Salomon, le texte précise : « et leurs visages étaient tournés vers l’édifice. » (i Chroniques iii, 13)
Quelle est la signification de cette différence[1] ?
Le Talmud (Baba Bathra 99a) rapporte deux explications :
1) « Ici, lorsqu’Israël accomplit la volonté de Dieu ; ici, lorsqu’Israël n’accomplit pas la volonté de Dieu. » Autrement dit, les visages des chérubins se tournaient miraculeusement d’un côté ou de l’autre en fonction de l’état du peuple d’Israël en un temps donné. Rabbi Naftali Tzvi Yéhouda Berlin, auteur du Ha‘ameq Davar, écrit : « leurs visages chacun vers son frère, pour montrer l’amour intense, comme le fiancé regarde la fiancée et prend plaisir à sa vue. »
2) « Leurs visages vers l’édifice, mais de trois-quart », c’est-à-dire qu’ils sont tournés un peu vers l’édifice et un peu l’un vers l’autre (Rachi).
Rabbi Hayim de Volozhyn, dans son Nefech Ha‘Hayim[2], discute cette lecture : comment serait-il possible que les chérubins aient été placés a priori au temps de Salomon de telle sorte que leurs visages aient été tournés d’une manière qui n’exprime pas la perfection ? Il explique qu’il existe une différence essentielle entre le temps du désert et celui du roi Salomon. Le temps du désert se caractérisait par le fait qu’il n’y avait aucune nécessité de s’occuper de questions matérielles. Israël se nourrissait de la manne, les vêtements ne s’usaient pas, etc. C’est pourquoi cette génération est appelée « génération de la connaissance ». Ils étaient entièrement disponibles pour l’étude de la Thora, et ils bénéficiaient de la Providence directe de Dieu en la proximité de qui ils vivaient. Cette proximité se manifestait en particulier par le fait que les visages des chérubins étaient tournés l’un vers l’autre. Au temps de Salomon, par contre, la royauté régnait en Israël. Le peuple devait se conduire comme une nation avec toutes ses dimensions matérielles et de ce fait ils n’étaient pas nuit et jour occupés à la Thora. Leur proximité de Dieu n’était pas totale et cet état de fait se traduisait par l’orientation des visages des chérubins.
Il me semble que nous apprenons ici une importante leçon. Le fait qu’à l’époque de Salomon les chérubins étaient d’emblée partie tournés vers l’édifice et partie l’un vers l’autre indique quelle est la voie authentique de la proximité divine. Certes, par l’étude de la Thora il est possible d’atteindre à l’attachement immédiat et sensible à Dieu, mais il semble que telle ne soit pas la voie constante et souhaitable. L’état de « leur visages l’un vers l’autre » n’a eu cours qu’au temps du sanctuaire du désert, période provisoire. Par contre, dans le temple, situation de normalité et de permanence, l’a priori était que les visages étaient tournés un peu de côté. C’est ainsi que Dieu souhaite qu’Israël se conduise dans le monde, agissant dans tous les domaines à la manière d’une nation assurant de façon naturelle tous ses besoins et non au travers d’une Providence miraculeuse. C’est ainsi que les choses doivent être et c’est ainsi que s’exprime l’amour de Dieu pour nous.
De nos jours, la Providence divine n’est pas non plus dévoilée. Nous ne sommes pas témoins de miracles visibles comme au temps de la sortie d’Égypte ou de l’Événement du Sinaï. Mais il nous incombe de reconnaître les miracles cachés qui se produisent jour après jour ; ce dont nous sommes témoins depuis la création de l’État d’Israël et jusqu’à nos jours, et c’est le signe et le témoignage de l’amour intense de Dieu pour Son peuple qu’Il s’est choisi.
Traduit par Rav E. Simsovic

________________________________________
[1] Il existe d’autres différences entre les chérubins du sanctuaire du désert et ceux du temple de Salomon, mais nous ne nous en occuperons pas ici.
[2] 1er Portique, 8.

 

Laisser un commentaire

Font Resize
Contrast