1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Kippour : l’intensité de son essence

Kippour : l’intensité de son essence

Kippour : l’intensité de son essence

Rav Nahum Botschko

Maïmonide écrit dans ses Règles du Repentir (1, 3) à propos de
« De notre temps, en l’absence du Temple et de l’autel des
expiations, il n’y a plus que la téchouva... Et l’essence même
du jour de Kippour fait expiation pour les repentants. »
Et un peu plus loin (2, 7) :
tous, l’individu et la collectivité, et il est le terme de la
rémission et du pardon pour Israël ; par conséquent, tous
ont l’obligation de de faire téchouva et de se confesser1
« Le jour de Kippour est un temps de repentance pour
Il ressort clairement des propos de Maïmonide que l’expiation
propre au jour de Kippour n’est pas efficace sans véritable
téchouva. Pour le dire sans détour : celui qui n’a pas fait téchouva
n’est pas pardonné à Yom Kippour.

L’approche maïmonidienne se fonde sur la position
talmudique (Yoma 85b) qui affirme que Yom Kippour n’expie qu’en
combinaison avec la téchouva, contrairement à la thèse de Rabbi
Juda le Saint qui tient quant à lui que le jour de Kippour fait
expiation même sans téchouva :
Thora, qu’il ait fait téchouva ou qu’il n’ait pas fait téchouva,
le jour de Kippour fait expiation, sauf dans le cas du rebelle,
du railleur et de celui qui brise l’alliance de la circoncision ;
ceux-là, s’ils ont fait téchouva le jour de Kippour fait
expiation pour eux et sinon, non.

La position de Rabbi n’a pas été retenue comme ayant force
de loi, et les fautes graves ne sont pas pardonnées sans l’effort
du repentir. Mais il est néanmoins possible d’apprendre de son
enseignement la puissance et l’importance du jour de Kippour.

Le Sfat Emeth (Yom Kippour 5656) explique que la différence
entre Roch Hachana et Yom Kippour tient à ce que Roch Hachana
concerne toutes les créatures qui défilent devant Lui, tandis que
Yom Kippour est réservé à Israël seul. C’est ainsi que rabbi Aqiba
enseigne dans la michna (Yoma ibid.) :
qui vous purifie ? Votre Père qui est dans les cieux... De même
que le bain purifie ceux qui sont impurs, de même le Saint
béni soit-Il purifie Israel.
Le jour de Kippour est semblable au bain – de même que
l’immersion dans le bain purifie celui qui est impur, de même la
puissance de sainteté de Yom Kippour expie nos fautes et nous
purifie devant le Saint béni soit-Il.

L’intensité de l’essence du jour de Kippour expie les fautes du
peuple d’Israël car la nature du peuple élu est telle que son essence
est d’être juste et que les fautes sont fortuites. C’est ainsi que le
Maharal de Prague le formule (Netza‘h Israël chapitre 11) :
ils sont à son image dans l’absolu du bien ; s’ils ont suivi
leurs appétits, ce n’est pas de par leur essence, il s’agit d’un
« Bienheureux Israël, devant qui vous purifiez-vous et
« Du fait que l’origine de leur création est la Cause
Cet amour infini que le Saint béni soit-Il porte aux Enfants
d’Israël atteint son apogée à Yom Kippour où l’essence de l’influx
divin de ce jour élève l’homme à son niveau d’intériorité le plus

Pour finir, citons les propos extraordinaires du rabbi de
Slonim dans son Nétivoth Chalom (Yom Kippour, 1, 1) :
Kippour consiste à s’attacher à Dieu, car c’est là le secret de
la pureté et de l’expiation et c’est l’essence même de ce jour. Et
« Il en résulte que l’essentiel du service divin de Yom
si dans toute la mesure où le Juif s’attache à Dieu il se purifie,
comment atteindra-t-il chaque année cet attachement ?

Chacun ne connaît-il pas, dans l’intimité de sa conscience,
l’indigence de son état ? Comment le maudit pourrait-il
s’attacher au Béni ? De fait, le jour de Kippour, descend
en lui une clarté céleste qui permet au Juif d’être attaché à
Dieu, et bienheureux vous êtes, Israël, que votre Père qui est
dans les cieux vous purifie alors, de par la puissance de cet
attachement à Lui. »

.

 

Traduit par Rav E. Simsovic

 

Laisser un commentaire

Font Resize
Contrast