1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Rav Shaoul David Botschko – Parachat Bechala’h – Je le ferai beau

Rav Shaoul David Botschko – Parachat Bechala’h – Je le ferai beau

À l’écoute de la Thora

La mitzva de la semaine

Parachat Bechala‘h

Je Le ferai beau

Les Enfants d’Israël viennent, miraculeusement, de traverser la mer Rouge à pied sec. Ils chantent alors à Dieu un hymne de reconnaissance dont un verset (Chemoth xv, 2) dit :

« Il est ma force et ma gloire, Yah ! Je lui dois mon salut. C’est mon Dieu, et je Le ferai beau ; le Dieu de mon père et je Le surhausserai ! »

Que veut dire « je Le ferai beau » ? Peut-on « embellir » Dieu ?

De cette expression, nos Sages apprennent deux enseignements. Voici le premier (Traité Chabbat 133b) :

« C’est mon Dieu, et je Le ferai beau – embellis-toi devant Lui par les mitzvoth ; construis une belle souca, prend un beau loulav, un beau chofar, de beaux tsitsit, un beau Sèfer Thora et écris dedans en Son Nom avec une belle encre, une belle plume, par un scribe expert et relie-le de belle couture. »

Un maître du Talmud, Aba Chaoul, apprend de ce verset une autre règle concernant les relations entre l’homme et son prochain.

« Aba Chaoul enseigne : tu Le feras beau – fais toi semblable à Lui : de même qu’il est charitable et miséricordieux, sois-le toi aussi ! »

Ces deux règles apprises de la lecture de ce verset se complètent l’une l’autre. Elles ont toutes deux la même source : donner beauté à Dieu procède de la volonté profonde de faire ce qui est bien ; alors, que ce soit dans nos relations avec Lui ou dans nos relations avec autrui, nous allons au-delà du minimum requis et témoignons ainsi de notre amour pour Lui et pour Ses commandements.

Il y encore une autre lecture du verset : je Le ferai beau est l’engagement à construire le Temple ce qui deviendra possible lorsque nous nous conduirons bellement vis à de Lui et vis-à-vis d’autrui.

Shaoul David Botschko