1 Tora mi-Tsiyon, Koh’av Yaacov
02-9972023, 02-9974924

Chemini – Dvar Thora

Chemini – Dvar Thora

Les versets de la semaine

 

 

Chemini  1- Écouter et entendre

 

 

Moïse s’aperçoit que le rite sacrificiel n’a pas été réalisé comme il
aurait dû l’être. Atterré, il reproche à son frère et à ses deux fils
d’avoir désobéi à la parole de Hachem. Le texte nous dit qu’il s’est
même réellement emporté : au lieu de manger ce sacrifice comme ils
auraient dû, ils l’ont brûlé !
En quelques mots, Aharon s’explique et nous constatons alors
concrètement l’humilité de Moïse. Le verset dit :
« Moïse entendit et cela plut à ses yeux. »
Le mot que nous avons traduit par « entendit » signifie à la fois
écouter et entendre. Entendre est passif mais implique aussi la
compréhension. Écouter est actif et implique l’attention çà ce
qu’autrui nous dit.
Le terme hébreu véhicule donc très exactement
la notion d’intérêt attentif pour la parole d’autrui, c’est-à-dire ce qui
permet non seulement de comprendre ce qu’il nous dit, mais de le
comprendre, lui.
À l’exemple de Moïse, apprenons à écouter. En particulier, lorsque
nous pensons avoir raison et faisons à autrui des remontrances qui
nous semblent justifiées, sachons nous arrêter pour écouter ce qu’il
nous explique et entendre ainsi et comprendre sa position.
Et alors, le cas échéant, sachons reconnaître nous être trompés ;
sachons admettre que le reproche, s’il n’était pas injustifié, était
peut-être exagéré. Soyons capables de reconnaître avec Moïse –
lorsqu’il le faut (« cela plut à ses yeux ») –, la justesse de la conduite
de la personne que nous avons rabrouée.
Tel est l’enseignement moral de ce verset : pour être capable de
reconnaître sa propre erreur, il faut apprendre à écouter et à
entendre.

 

 

===============================

 

 

Chemini 2 - Trois fois saint

 

 

Lévitique (11, 44)
"Trois fois Saint
Car Je suis Hachem votre Dieu
Et vous vous sanctifierez
Et vous serez saints
Car Je suis saint… "
La notion de sainteté apparaît par trois fois dans ce verset, deux
fois à propos des hommes et une fois à propos de Dieu.
« Vous vous sanctifierez »
Cet appel répond au désir de l’homme de s’élever au-dessus de
sa condition animale. La sainteté, c’est la mise en commun des
ressources spirituelles et corporelles au service de la volonté
divine. L’homme, en tant qu’il en a conscience, désire dominer ses
instincts et ses pulsions.
Mais entre ce désir et la réalité il y a un gouffre, car la réalité
humaine, la haine, la jalousie, les désirs et les passions qui nous
tiraillent s’opposent à l’injonction « vous vous sanctifierez ».
Le « sens des réalités » semble nous dire : bien sûr, tu peux
essayer, mais tu n’y parviendras pas !
C’est pour pallier d’avance ce pessimisme que s’énonce la
promesse d’Hachem : si vous faites entreprenez loyalement d’en
faire l’effort, alors, sachez-le, « vous serez saints ». Vous réussirez
car Je suis saint, Moi qui vous le demande et par cela même que Je
vous le demande Je vous communique déjà comme une étincelle
de Ma sainteté.
Aussi, lorsque du dedans de vous-même vous ferez cet effort
de vous élever vers Moi, Moi Hachem qui suis Saint, votre
aspiration à la sainteté trouvera en Ma sainteté comme un écho et
votre élan ne sera pas vain – vous serez saints !
Lorsque notre lumière intérieure établit un pont avec la
lumière divine, nous supprimons le conflit entre les dimensions
apparemment contradictoires de notre être et nous réussissons à
faire en nous l’harmonie et nous devenons alors capables de tout
diriger vers Hachem.
C’est pour cela que l’appel à la sainteté apparaît d’abord à
propos des lois régissant notre alimentation. Manger est une des
exigences fondamentales de notre être de nature. Si nous ne
mangeons pas, nous mourons.
C’est aussi l’une des conduites par
lesquelles nous ressemblons aux animaux qui doivent aussi se
nourrir pour vivre. Grâce aux lois de la Thora, par la cachrouth,
nous dépassons cette dimension animale et élevons tout notre être
vers Hachem.

Laisser un commentaire

Font Resize
Contrast